+33 (0)1 53 20 12 76

Plus de la moitié de la population mondiale fait quotidiennement de la cuisine or très peu de personnes sont de chefs cuisiniers. Bien que ce soit indispensable il ne suffit pas de savoir bien cuisiner pour devenir un chef cuisinier.

Nous n’avons naturellement pas besoin d’un chef cuisinier à tous nos repas. On sollicite un chef cuisinier pour une occasion rare et qui nous est cher. Ce jour là, on ne voudrait pas se contenter de quelqu’un qui, seulement, fera bien la cuisine.
Un chef cuisinier possède des compétences que ne possèdent pas les gens qui font la cuisine tous les jours.  Un chef cuisiner à une démarche industrielle, il y a plusieurs brigades qui s’occupentde différents parties d’un repas (entrées, sauces, légumes, viandes, poissons, desserts, etc.) Alors que les personnes cuisinant tous les jours n’ont qu’un seul four, une seule plaque, un seul frigo et une seule cuisine. Elles n’ont pas besoin d’une démarche industrielle.

Nous devons féliciter toutes ces personnes qui font la cuisine tous les jours. Car les chefs cuisiniers ne pourraient pas cuisiner pour toute la population.

Cuisine créanceNous n’avons naturellement pas pris l’exemple du chef cuisinier par hasard.

Tout le monde a fait au moins une fois dans sa vie du recouvrement de créances. Certaines personnes font du recouvrement de créances tous les jours, cela ne fait pas d’eux des professionnels de recouvrement. De même que les personnes qui cuisinent tous les jours ne sont pas des chefs cuisiniers. Ce n’est pas péjoratif de dire cela.

Car une personne travaillant dans une entreprise qui, entre autres, fait du recouvrement de créances le fait avec beaucoup de bonne volonté mais elle le fait d’une manière artisanale. Elle n’a pas l’organisation et les outils professionnels. Elle n’a pas accès aux mêmes bases de données que les professionnels, elle ne pourra pas apprécier la solvabilité de son client avec la même pertinence la lecture de son bilan, elle ne connait pas forcément la dernière jurisprudence  Elle n’a pas besoin de tout ça dans la plupart des dossiers qu’elle gère, c’est normale qu’elle ne sache pas faire tout ça, de même que la ménagère ne soit pas dotée d’autant de matériel qu’un chef cuisinier. Ce n’est pas non plus péjoratif de dire cela.

Les personnes travaillant dans les services de recouvrement feront payer 99% des clients, nous devons les féliciter pour cela. En revanche il y a 1% des dossiers qui doivent être confié entre les mains de professionnels. Nous devons aussi les féliciter d’attirer l’attention de leur direction sur ces dossiers qui demandent une intervention d’une nature différente.

Au moment où le créancier identifie la difficulté sur un dossier, s’il ne fait pas intervenir un professionnel  du recouvrement, il prend de très gros risques.  Car les autres créanciers de ce même débiteur se feraient payer en mandatant un professionnel, alors Il sera alors trop tard, même pour nous. Le débiteur finira par déposer son bilan. C’est très dommage, le créancier avait la possibilité d’éviter un dépôt de bilan, il ne l’a pas saisie. Mais on apprend bien plus de l ’échec que de la réussite, alors il n’est peut être pas tard pour les autres affaires.

Voyons ce que nous peut faire ensemble pour la suite ?

 

Comments are closed.